Nos acheteurs se rendent régulièrement dans les zones les plus reculées et traitent directement avec les artisans qui effectuent un travail harassant dans leurs chantiers. ABOUT DIAMOND est présent à Bangui (R.C.A.) et à Conakry (Guinée).



Le diamant gemme se trouve dans les rivières ou bien en creusant profondément dans la terre. Il se présente dans la nature sous des aspects différents.

Un classement permet de les distinguer :

Les pierres " sciables " : Ce sont les plus recherchées ; on dirait deux pyramides inversées. Lorsque vous vous retrouvez face à une pierre comme celle là en pleine brousse africaine, vous comprenez que vous êtes face à quelque chose qui vous dépasse tant par sa pureté que par sa blancheur ; l'éternité peut être alors touchée du doigt. Une pierre comme celle-ci sera sciée et il en sortira deux pierres taillées en rondes. Plus le diamant brut aura des proportions équitables plus les pierres une fois taillées auront un bon éclat .


Les pierres " spotted " : ce sont également des monocristaux bien formés, mais qui ne sont pas purs car ils contiennent des piqués ou piqûres soit noirs, soit blancs qu'on peut faire disparaître par la taille après une étude soigneuse.

Les pierres " irregular " ou irrégulières : ce sont des pierres octaédriques ou dodécaédriques de forme irrégulière. Elles sont directement taillées ; il est inutile de les cliver ou de les scier.

Les pierres " coated " ou enrobées : ce sont des pierres à spéculation car elles sont recouvertes d'une sorte de pelure, que nous devons enlever lors du clivage. En République du Centre-Afrique et au Zaïre, ce type de pierres est très fréquent.

La couleur du diamant est un des aspects de sa rareté et justifie le prix de la pierre. Elle peut aller d'un ton blanc neige à un ton jaune. Mais il y a aussi les diamants bleus, roses, rouges...qui sont très rares et pour lesquels les prix par carat pour une pierre taillée peuvent aller jusqu'à 400 000 $.


La production est principalement alluvionnaire. Les diamants se trouvent dans le lit des rivières. C'est dans la région de Banankoro qu'on localise les plus grosses et les plus belles pierres. Plus au nord, la région de Kindia recèle aussi quelques trésors. En 1989, deux pierres exceptionnelles de 250 et 180 carats furent découvertes. Début 1993, on découvrit dans la mine d'Aredor une pierre de 284 carats. Mesurant environ 9 centimètres de long sur 4 centimètres de large, cette gemme fut vendue à Anvers pour la coquette somme de 8 000 000 $ à un négociant libanais de Genève.

Malgré les contrôles des sociétés minières et du gouvernement, le principal fléau guinéen reste la contrebande par quelque 5 000 à 20 000 mineurs. Le problème ne date pas d'hier puisqu'au début des années 1960, plus de 30 000 mineurs venus de Sierra Léone pillèrent littéralement les sites d'Avili, de Feredou… Actuellement, la firme Aredor procède à plus de 250 arrestations par mois et évalue sa perte annuelle à plus de 80 millions de dollars.

Il est très difficile de travailler dans ce pays ; les risques sont très importants. L'instabilité politique rend le climat social très houleux et la situation actuelle de la Sierra Léone, le pays frontalier, tend à déteindre sur la Guinée…

Toutefois, nous maintenons un bureau à Conakry qui est spécialisé dans l'achat de diamants bruts. La qualité exceptionnelle des pierres de cette région nous pousse à investir dans ce pays d'Afrique Occcidentale.


Les premiers diamants centrafricains furent découverts au début de la première guerre mondiale. La présence d'eau en abondance, la dispersion des gisements et la main d'œuvre relativement bon marché préservent un caractère essentiellement artisanal à la production du diamant.

Les pierres qui sont trouvées ont une forme plutôt arrondie et de couleur blanche, voire jaune. Il arrive fréquemment qu'elles soient teintées de vert à l'extérieur ; dans ce cas, il s'agit simplement d'un minerai d'uranium qui enrobe la pierre. Ces diamants sont radioactifs, mais il est possible de les traiter.

L'exploitation du diamant étant en général saisonnière (saison sèche), on estime à plus de 30 000 le nombre d'artisans oeuvrant dans les chantiers . Cette activité procure des revenus à quelque 300 000 habitants répartis sur plus de la moitié du territoire.

La R.C.A. est un des rares pays du continent à avoir atteint une autosuffisance alimentaire ; elle produit aussi du café, du coton, du tabac, du bois, de l'or, du cuivre, de l'étain, de l'uranium et du pétrole en quantité non négligeable. Nous croyons beaucoup dans les futures possibilités d'extraction du diamant dans cette zone géographique.

L'espace est énorme : grand comme la France pour une population de 3 millions d'habitants, le pays regorge de diamants. La grande forêt tropicale où vivent les pygmées est encore quasiment inconnue et de nombreuses veines diamantifères sont encore à découvrir. Toutefois, l'absence de routes dans la jungle et la multitude de virus tropicaux rendent cette zone particulièrement difficile ; les conditions de travail et les risques encourus sont énormes.

La R.C.A. est un des rares pays du continent à avoir atteint une autosuffisance alimentaire ; elle produit aussi du café, du coton, du tabac, du bois, de l'or, du cuivre, de l'étain, de l'uranium et du pétrole en quantité non négligeable. Nous croyons beaucoup dans les futures possibilités d'extraction du diamant dans cette zone géographique.